logo mer
accueil geobiologie conseil habitat sain Bioénergie intervention contact liens

cocci

"Celui qui veut se perfectionner dans l'art de guérir considèrera comment l'endroit est disposé et s'informera du sous-sol, concurremment avec la constitution des êtres vivants."

Hypocrate ("Traité des Airs, des Eaux et des Lieux")

 

Géobiologie de l'habitat

Pollution technologique

Géobiologie de l'espace naturel

Géobiologie de sites sacrés

Géobiologie de l'habitat

Dans les campagnes, nombreuses sont les maisons anciennes qui sont construites de façon à respecter et tirer partie des énergies du lieu. Au fil des siècles, les exodes ruraux et les évolutions démographiques ont poussé les hommes à oublier ce qui était naturel dans les principes d’implantation des habitats pour s’agglomérer autour de plus grandes villes. De ce fait nos maisons, nos bureaux, nos entreprises sont parfois construits sur des zones à fort rayonnements nocifs telluriques.


Les veines d'eau souterraines et failles géologiques émettent un rayonnement ionisant (qui arrache des électrons aux atomes) susceptible d'affecter le système cellulaire, avec risque de maladies graves après quelques années d'exposition. Les réseaux telluriques sont disposés en quadrillages, certains réseaux (Hartmann, Curry,…) ont des points de croisements (ou "nœuds") qualifiés de géopathogènes (nocifs). Non ionisants, ils affectent et affaiblissent surtout les systèmes nerveux, endocrinien, et immunitaire.

endros

Evoluer, dans sa vie privée ou professionnelle, dans des constructions soumises à ces rayonnements, entraine des sensations de mal être, des migraines, des insomnies, de l’irritabilité, des tensions entre les occupants des lieux, des sensations d’humidité et de froid, de la déconcentration, du stress, des fatigues et maladies chroniques (eczéma, bronchite, asthme, sinusite, énurésie, et sur une longue exposition cancer, …).

Pollution technologique

Cliquez sur l'image pour acceder à la page

Géobiologie de l'espace naturel

Sous l’effet de la nocivité du rayonnement de la veine d’eau ou de la faille géologique, l’arbre fruitier s’écarte pour porter ses fruits en zone saine.

galvano

D’autre auront le tronc vrillé par l’influence de plusieurs nocivités (veine d’eau, failles géologiques, réseaux telluriques).

arbrevrille


Définir les zones nocives d’un terrain permet de cartographier les endroits neutres, parfois bénéfiques, où les végétaux auront la meilleure croissance.
Ainsi vous pourrez apprivoiser le potentiel de votre terrain : en zone bénéfique, le jardin potager pour optimiser vos récoltes ou votre jardin d’agrément pour favoriser le développement des plantations, en zone neutre les espaces de loisirs pour avoir un temps libre reposant et non stressant, et en zone défavorable les parkings, abris, et voies d’accès aux bâtiments.

 

Géobiologie de sites sacrés

Nos Anciens savaient déterminer les zones défavorables à leurs habitats et à leurs cultures. Avec cette même envie d’être en harmonie avec leurs lieux, il ont bâti leurs « temples » à des points précis ayant de forts rayonnements énergétiques. Les bâtisseurs du Gothique et du Roman ont fait de leurs Cathédrales et Eglises des centres d’énergies où l’on peut se recharger sur tous les plans, à l’occasion des offices ou d’un recueillement. Ce n’étaient pas les premiers car les populations Néolithiques, les Celtes et les grandes civilisations (Égypte, Incas, Mayas, Maoris, Grecs, Romains…) ont eu cette même volonté.

stmichel

C’est l’étude géobiologique et l’expérimentation énergétique des sites "sacrés" : lieux de culte antiques, abbayes, sites mégalithiques, temples gallo-romains, églises romanes et gothiques, ermitages, châteaux, fontaines miraculeuses, lieux de légendes ...

etampes

dolmen

 

Pour approcher ce domaine :

vincenot

haut de page

Mentions légales

mail mail